Logo tsf98.fr

Les différences entre brasure tendre et brasure forte

brasure

Nombreuses sont les techniques qui permettent d’assembler des pièces métalliques entre elles. Elles se différencient en fonction des types de pièces à lier, du niveau de température à utiliser et des résultats recherchés. Pour le brasage, on peut utiliser soit du brasage tendre soit du brasage dur. Malgré certains aspects communs entre les deux procédés, ils sont néanmoins différents au niveau du travail et des objectifs à atteindre.

Les caractéristiques communes

La brasure tendre et la brasure forte sont toutes deux l’assemblage de parties métalliques. Les deux types de brasures nécessitent une importante préparation de pièces. Ces pièces sont les mêmes dans les deux cas. Pour un brasage réussi, les pièces à relier doivent être dégraissées, nettoyées et poncées, cela permet d’avoir une surface lisse et homogène. Il faut également que l’intérieur du tube soit lisse, car les imperfections freineraient la fusion avec le métal d’apport. Pour que ce dernier soit étalé par capillarité, les deux pièces à assembler peuvent être travaillées indifféremment avec de la toile émeri ou du papier de verre. Il faut que le tube soit brillant, mais pour éviter qu’il soit trop fin, on peut utiliser une toile émeri pour le poncer. Ces deux types de brasage résistent à la pression.

La brasure tendre

La grande différence entre la Brasure tendre et la brasure forte se situe au niveau de la température de fusion avec le métal d’apport. En effet, les alliages pour le brasage tendre doivent être chauffés entre 180 et 250 °C. Pour la brasure tendre, on utilise comme métal d’apport des alliages à base d’étain. Si vous voulez assembler deux tubes de cuivre en utilisant le brasage tendre, vous aurez besoin d’une lampe à souder au gaz, car la matière doit être chauffée à basse température. Pour une brasure tendre, vous aurez besoin de flux de brasage pour enduire les pièces métalliques. Il doit être choisi en fonction du type d’alliage. Si vous avez préparé toutes les pièces, chauffez la partie qui doit être reliée avec la lampe à souder à gaz. Vous devez à tout prix éviter de chauffer le métal d’apport. Plusieurs passages peuvent être nécessaires pour que le fil d’étain se répande sur les pièces par capillarité. Il ne vous reste après qu’à refroidir la brasure.

La brasure forte

La brasure forte a besoin d’une température supérieure à 450 °C. C’est le chalumeau oxygène acétylène qui procure cette chaleur. Le brasage dur est, comme son l’indique, plus résistant que le brasage tendre. Pour une brasure forte les métaux d’apport utilisés sont des alliages à base de cuivre, d’argent et de zinc comme les baguettes cupro phosphore. Pour une brasure forte, vous aurez toujours besoin d’un décapant approprié. Vous devez enduire la baguette la baguette de ce décapant. Chauffez les pièces avant de mettre une partie de l’alliage. Lorsque celle-ci est répandu, vous pouvez déposer la baguette et réchauffer le tout. La finition doit être uniforme. Le brasage tendre et le brasage dur sont deux techniques très différentes. Cette différence réside principalement dans la température de fusion et dans le métal d’apport utilisé. Les domaines d’utilisation de ces deux types de brasures sont également distincts.